Correspondant Défense

La lettre du correspondant Défense

Soutien à l’Ukraine, tensions au Proche-Orient, Jeux olympiques et paralympiques de Paris… Cette cinquième lettre du correspondant défense souligne les grands enjeux de 2024.

Le 19 janvier, lors de ses traditionnels vœux aux armées, Emmanuel Macron a ainsi évoqué le contexte géostratégique actuel, la première année de mise en œuvre de la loi de programmation militaire, la sécurité du territoire national et le renforcement de l’économie de guerre qui va mobiliser les acteurs de notre industrie de défense. De son côté, Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, a appelé à « prendre des risques » face aux nouvelles menaces et aux nombreux défis auxquels la France est confrontée.

Toutefois, l’actualité brûlante de ces dernières semaines ne doit pas nous faire oublier le passé. 2024 marquera en effet les 80 ans de la Libération. De nombreuses commémorations sont prévues tout au long de l’année, des plages normandes à Strasbourg, en passant par la Provence.

Comme en écho à cette période de l’Histoire, la lettre revient sur deux épisodes marquants de la Seconde Guerre mondiale : le destin tragique du résistant Missak Manouchian, dont l’entrée au Panthéon sera célébrée le 21 février, et l’épopée du corps expéditionnaire français en Italie. Le courage et l’abnégation de ces hommes d’exception résonnent plus que jamais dans le contexte international troublé que nous vivons.

Avec l’impératif de cultiver les « forces morales », le renforcement de la cohésion nationale et le développement de l’esprit de défense s’avèrent indispensables. À charge pour les correspondants défense de relayer, dans les territoires, cet état d’esprit essentiel pour resserrer le lien armées-Nation.

Pour contribuer à l’amélioration de la newsletter, n’hésitez pas à nous transmettre vos retours d’expérience de correspondant défense et vos suggestions à l’adresse correspondant.defense@dicod.defense.gouv.fr. Votre délégué militaire départemental reste votre point de contact de proximité privilégié pour toute autre question.