Le Chemin Paré par Didier LEBEGUE

Le chemin Paré

Emprunté quotidiennement par la plupart des habitants de Coulommes et pourtant presque ignoré à force de familiarité, le Chemin Paré est, de loin, la plus ancienne structure construite par l’homme dans notre village … Bien plus ancien que la mairie-école (19° siècle), bien plus ancien que la grande ferme et sa tour-pigeonnier (18° siècle), bien plus ancien que l’église (13° siècle pour certaines parties), le Chemin Paré remonte … à l’antiquité.

Entendons nous bien ! Ici, quand il est question du Chemin Paré, cela ne se limite pas à la rue qui porte ce nom et qui, arrivant des champs du côté de Sancy, aboutit à la place de l’église (les habitants de Coulommes l’appellaient aussi rue ou chemin de Faremoutiers). Non, ce qui s’appelle aujourd’hui la Grande Rue, c’est encore le Chemin Paré ! Et la route qui sort du village pour filer à travers champs en direction de Quincy-Voisins sous le nom de Départementale 87, c’est toujours le Chemin Paré. Oui, tout cela remonte à l’antiquité. Evidemment, pas dans l’état où nous le connaissons maintenant, avec son revêtement de bitume, ses caniveaux et ses fossés, ses bordures de trottoir et ses panneaux de signalisation.

Déjà, en 1829, Louis Michelin relève que «La commune de Coulomme ne possède aucun hameau, mais elle est traversée par un ancien chemin dit le Chemin Pâré: ce chemin, d’une largeur extraordinaire, pourroit avoir été fait par les Romains, lors de la conquête des Gaules par Jules César. On voit, en différents endroits, les vestiges d’un énorme blocage de pierres; ce chemin se fait connoître dans un rayon de 8 à 9 lieues».

Plus tard, on peut lire l’expression “voie romaine” dans un article de journal de 1854 mentionnant la découverte d’un cimetière sans doute gallo-romain à la sortie du village, puis sous la plume de Théophile Lhuillier en 1887, ainsi que dans la monographie communale écrite en 1889 par l’instituteur Cyprien Simon.

Aujourd’hui, si l’ancienneté de ce chemin ne fait plus débat, l’expression générique “voie romaine” mérite d’être précisée. Il y a tout lieu de penser que cette “voie romaine” est l’un des itinéraires du “réseau d’Agrippa”. Après la conquête romaine, Marcus Vispianus Agrippa, général et gendre de l’empereur Auguste, établit en Gaule un réseau de voies de circulation. Selon le géographe Strabon, «Agrippa a choisi Lugdunum (Lyon) pour en faire le point de départ des grands chemins de la Gaule, lesquels sont au nombre de quatre et aboutissent, le premier chez les Santons et en Aquitaine, le second au Rhin, le troisième à l’Océan et le quatrième dans la Narbonnaise et à la côte massaliotique». Celui qui nous intéresse est le troisième, qui conduit donc de Lyon (Lugdunum) vers la mer du Nord (l’Océan), et en particulier à Boulogne-sur-Mer, alors port d’embarquement pour les îles britanniques et leurs mines d’étain.

Pour Jean Mesqui, lorsqu’on évoque la Voie d’Agrippa, il ne faut pas la voir comme une voie unique, mais plutôt comme un réseau: «Durant les cinq siècles de l’Empire, ce premier réseau de base fut complété, de telle sorte qu’il est bien difficile de reconnaître des véritables «voies d’Agrippa» avec certitude. Quoi qu’il en soit, il faut surtout retenir l’existence d’un réseau primaire centré sur Lyon […]

La Champagne occidentale et la Brie ont été marquées par la traversée de l’un des quatre axes de base, celui qui conduit de Lyon à la Manche. L’on s’accorde à attribuer la distinction de voie d’Agrippa à l’une des voies qui assurent cette fonction, sans preuves bien manifestes d’ailleurs: il s’agit de la voie qui, de Lyon, passe à Chalon-sur-Saône, Langres, Châlons, Reims, Soissons, Noyon, Amiens, et qui aboutit à Boulogne-sur-Mer. Que cette assertion soit justifiée ou non, il n’en reste pas moins que cet itinéraire fut pourvu, au cours des temps, de nombreuses variantes que l’on distingue très bien sur les sources du III° siècle.

Toutes ces variantes ont un segment commun de Lyon à Chalon-sur-Saône. […] De Chalon se détache un [autre] itinéraire, qui gagne Autun, Avallon, Auxerre; ici, l’on peut rejoindre par Troyes et Châlons la voie principale, ou encore par Sens, Meaux, Beauvais et Amiens».

Notre “voie romaine” figure sur la Table de Peutinger. Il s’agit de la copie sur parchemin d’une carte représentant les routes et les villes principales de l’Empire romain. Etablie au 13° siècle, cette Table de Peutinger (du nom du opropriétaire de cette carte) reproduit vraisemblablement une carte du 3° siècle, gravée dans le marbre et placée sur le portique de Vispianus Agrippa à Rome. Sur cette Table de Peutinger, figurent les noms de Fixtuinum, nom antique de Meaux et de Calagum, nom antique de Chailly-en-Brie. Et entre les deux se trouve … Coulommes.

Ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas la totalité de cette voie entre Lyon et Boulogne-sur-Mer, ni même entre Troyes (ou Sens) et Meaux. Nous nous contenterons de nous pencher sur son parcours dans la traversée de Coulommes, et de mentionner son trajet de part et d’autre de cette commune, d’un côté jusqu’à Pommeuse, où elle traverse le Grand Morin, et de l’autre jusqu’à Boutigny et Nanteuil-lès-Meaux.

Notre “voie romaine” arrive donc de Chailly-en-Brie. Elle a contourné Coulommiers, traversé le Grand Morin à Pommeuse, à l’époque, sans doute sur un pont (le nom antique de Pommeuse, Pons Mucra fait clairement référence à un pont), elle a traversé la départementale 934 (de Crécy à Coulommiers) au carrefour de Saint Blandin, elle a couru à travers champs en frôlant d’abord la ferme de Roise, puis celle de Montdenis (où se trouvait jadis un prieuré bénédictin), elle est passée à mi-distance de Sarcy et de Sancy avant d’entrer sur le territoire de Coulommes.

Après avoir traversé Coulommes par la Grande Rue, la voie se confond aujourd’hui avec la départementale n° 87, en direction de Quincy-Voisins. Ensuite, elle emprunte le tracé qui sert maintenant d’accès de service à l’autoroute A4 qui la coupe. Jusqu’au milieu du 19° siècle, elle traverse le ru du Mesnil par un gué, remplacé alors par le pont actuel, un peu en dessous du hameau de Ségy. Ensuite, elle emprunte le chemin agricole qui démarre sur la droite et passe à travers bois, à l’Ouest de Magny-St-Loup. Elle remonte sur le plateau, où elle porte alors le nom de Chemin des gens d’arme entre Mareuil et Nanteuil. Elle aboutit enfin à Meaux en traversant le faubourg du Marché.

Attestée à l’époque romaine, la voie qui traverse Coulommes sous le nom de Chemin Paré pourrait être antérieure à la conquête. Selon Jean Mesqui, «les ingénieurs romains ont la réputation d’avoir créé des voies dont la parfaire rectitude est une des caractéristiques principales». Concernant la voie Meaux-Troyes, qui nous intéresse, il remarque: «Si l’on se penche sur le détail de ce tracé, il est facile de constater que la prétendue règle des alignements droits est ici une pure fiction. Dans la première partie, de Meaux jusqu’au Morin, on rencontre des successions d’alignement et de courbes conférant un aspect régulier, en marches d’escalier, à la voie. […] Visiblement, le tracé de la voie Meaux-Troyes n’a donc fait que reprendre celui d’un chemin préexistant, que l’on s’est contenté d’empierrer, sans le modifier profondément, à l’époque gallo-romaine».

Pour qui a circulé sur le Chemin Paré de part et d’autre de Coulommes, soit en direction de Pommeuse, soit en direction de Nanteuil et Mareuil, la non-rectitude du tracé est évidente. Ses courbes apparaissent aussi sur les cartes de l’Institut Géographique National et sur les photos aériennes. A l’instar de Jean Mesqui, il nous est donc permis de supposer que ce chemin existait avant la Conquête romaine et qu’il assurait une liaison entre Meaux, chef-lieu de la peuplade gauloise des Meldes, et Troyes, chef-lieu de celle des Tricasses.

C’est d’ailleurs à cette “voie romaine” que notre commune doit son nom. En effet, il est probable que les plus anciennes formes de ce nom (Colummes ou Colunmes vers 1172) dérivent du latin columnae, colonne. Les voies romaines étaient bordées de colonnes miliaires, indiquant les distances en miles romains ou en lieues gauloises, comme aujourd’hui, nos modernes bornes les indiquent en kilomètres. Une de ces colonnes était vraisemblablement établie à cet endroit.

Aujourd’hui, habitants de Coulommes et d’ailleurs, qui passez Grande Rue ou Chemin Paré, pensez à ce qui se trouve sous vos pieds ou sous les roues de votre voiture: ici, avant vous, des gaulois ont marché, des cohortes romaines ont cheminé.

Didier LEBEGUE

%d blogueurs aiment cette page :